Toutânkhamon : le trésor du Pharaon



À la Villette du 23 mars au 15 septembre 2019


Avec ses pyramides, ses pharaons, sa culture et son art, l’Égypte ancienne est probablement le plus grand fantasme des temps modernes. Les origines de cette fascination pour l’Égypte remontent à l’Antiquité. Platon et Hérodote ont fait l’apologie de la culture égyptienne et de ses œuvres d’arts qu’ils opposaient et comparaient à l’art grec. Lorsque l’Égypte était sous domination grecque puis romaine, le mélange des cultures était une réalité bien vivante, comme en témoignent les nombreuses pièces rapportées en butin à Rome ou dans les provinces de l’empire. C’est ainsi que l’art du portrait romain s’est largement inspiré des modèles égyptiens. Quant aux portraits paléochrétiens de momies, ils étaient encore très répandus jusqu’au IVe siècle après J-C. En Europe, grâce à toutes ces œuvres d’art ramenées du pays où coule le Nil, les humanistes de la Renaissance et les érudits de l’âge baroque ont pu étudier la culture égyptienne et s’adonner à leur fascination.

La fascination pour l’Égypte ancienne va connaître un tournant décisif avec l’expédition menée par Napoléon Bonaparte entre 1798 et 1801. Le corps expéditionnaire comprenait 325 navires et 38 000 hommes. Si pour Bonaparte, la campagne d’Égypte se solde par un échec, elle n’en a pas moins déclenché dans toute l’Europe un regain de fascination pour ce pays. La Description de l’Égypte est publiée entre 1809 et 1813. Elle se compose de 11 volumes in-folio, dix grands volumes de textes et de planches complétés par un atlas. Pour la première fois, les Européens peuvent consulter des dessins à la précision quasi photographique, aperçu exhaustif de l’Égypte, de sa culture et de ses monuments. Cette parution a suscité une véritable vague d’euphorie, phénomène inédit jusque-là pour une culture ancienne. L’engouement égyptien va dès lors s’inviter dans tous les domaines de la vie.

Le 4 novembre 1922, l’archéologue britannique Howard Carter fait une découverte extraordinaire dans la Vallée des Rois : le tombeau de Toutânkhamon, pharaon de la XVIIIe dynastie égyptienne, au 14e siècle avant J-C. L’exposition Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon célèbre le centenaire de la découverte du tombeau royal en réunissant des chefs-d’œuvre d’exception.

Présentée par le Ministère des Antiquités égyptiennes à la Grande Halle de la Villette, cette exposition immersive dévoile plus de 150 pièces maîtresses, dont 50 voyagent pour la première fois hors d’Égypte.

Pour cette ultime tournée, l’exposition Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon est accueillie dans les plus grandes capitales internationales avant de s’installer définitivement au Grand Musée égyptien, actuellement en construction au Caire sur le plateau de Gizeh. Pour son escale parisienne, la statue Le dieu Amon protégeant Toutânkhamon, issue des collections du Louvre, s’invite dans la scénographie.

Une occasion unique d’admirer une collection du patrimoine mondial, témoignage d’une civilisation fascinante !


Mobilis Paris
Vendredi 22 Mars 2019
     


A lire aussi :
< >

Jeudi 28 Février 2019 - 14:57 Edmond au Théâtre Royal

Vendredi 8 Février 2019 - 14:53 Découvrir Paris : romance hivernale



Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche

Recevoir la newsletter