Une cour parisienne qui reprend vie




Parce qu’il en avait marre de la vue que lui offrait son bureau sur la cour à l’abandon de son immeuble et que l’on est jamais mieux servi que par soi-même, Philippe Thébaud, célèbre paysagiste, a réhabilité le coin de verdure de la copropriété. Complètement laissées à l’abandon, les plantes étaient redevenues sauvages et allaient où bon leur semblait. L’urbaniste-paysagiste décide donc de s’armer de patience et cherche la trame originale pour recomposer l’endroit tel qu’il était avant.
La cour avant.    (cc Thébaud Urbanisme et Paysage - Xavier Boymond ©)
La cour avant. (cc Thébaud Urbanisme et Paysage - Xavier Boymond ©)

La cour après.    (cc Thébaud Urbanisme et Paysage - Xavier Boymond ©)
La cour après. (cc Thébaud Urbanisme et Paysage - Xavier Boymond ©)
Dorénavant, des gravillons clairs marquent les allées, les végétaux de grande qualité choisis précautionneusement sont en majorité des persistants afin que le jardin garde la même forme l’hiver et l’endroit ensoleillé est contrasté avec des hortensias dans les zones d’ombres. Un bassin à poissons a même été ajouté et des éclairages transforment l’endroit de nuit. Surélevé, ce coin de verdure peut être contourné pour traverser la cour. Les habitants de la communauté, ravis de profiter à nouveau de l’endroit, viennent y goûter ou envoient les enfants y jouer.


si vous êtes intéressé par le travail de Philippe Thébaud, vous pouvez vous rendre sur son site internet.

Une autre vue de la cour après.    (cc Thébaud Urbanisme et Paysage - Xavier Boymond ©)
Une autre vue de la cour après. (cc Thébaud Urbanisme et Paysage - Xavier Boymond ©)

La cour de nuit.   (cc Thébaud Urbanisme et Paysage - Xavier Boymond ©)
La cour de nuit. (cc Thébaud Urbanisme et Paysage - Xavier Boymond ©)

Groupe Mobilis
Mardi 10 Juillet 2012
     



Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche

Recevoir la newsletter

Nos chroniques