Louer sa maison ou son appartement le temps d'un tournage



Vous avez toujours appréciez les maisons ou appartements vus dans les films ou les publicités, mais pourquoi ne serait-ce pas le vôtre ? Si votre domicile répond à certains critères, il vous est possible de proposer votre maison ou appartement comme décor de film, et c'est bien payé. Petit mode d'emploi.


Louer sa maison ou son appartement le temps d'un tournage
Tout d'abord, il faut répondre à certains critères d'aménagement. Un film ne se tourne pas seulement avec deux acteurs et une caméra sur l'épaule. Il faut donc que votre domicile ait une grande surface et qu'il soit pratique d'accès pour le matériel (lumière, caméra, son...). S'il s'agit d'un appartement, il faut bien entendu que la copropriété soit prévenue et qu'elle ait donné son accord pour le tournage. Il faut aussi les diverses autorisations du syndic. Si vous êtes locataire, il vous faudra aussi l'aval de votre propriétaire.

Comment proposer votre domicile ? Tout simplement auprès d'agences spécialisées comme Repertoire, Mires ou 20 000 lieux. Cela fonctionne ensuite comme pour une vente de bien : l'agence propose la propriété à des "clients", qui viennent faire une visite de repérage. Ils prendront des photos et vous feront part de leur choix par la suite. Il faut donc s'armer de patience avant d'avoir une réponse.

Tout comme il faudra aussi faire preuve de patience lors du tournage car les horaires sont variables et la durée du tournage peut s'étirer en fonction des aléas rencontrés.

Cependant, ce genre de prestation est bien rémunéré puisque cela varie entre 1 000 et 2 000 € la journée.

Et pas de panique, en cas de dégâts dans l'appartement ou la maison, une équipe technique est là pour tout remettre en état à la fin du tournage. Nous vous conseillons tout de même de porter un regard attentif au contrat.

Groupe Mobilis
Lundi 21 Janvier 2013
     


A lire aussi :
< >

Vendredi 6 Octobre 2017 - 17:00 MOB 5 des grottes où vous pouvez dormir !



Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche

Recevoir la newsletter

Nos chroniques