Immobilier et fiscalité : que proposent les 5 principaux candidats à la Présidentielle de 2017 ?



Selon plusieurs sondages, les Français doutent de la volonté des différents candidats à l’élection présidentielle de mener des réformes fiscales en matière d’immobilier. Nous vous proposons de découvrir ce que proposent réellement les candidats dans ces deux domaines.


Quel avenir pour la taxe d'habitation et pour l'ISF ?

Les 5 principaux candidats à l'élection présidentielle (de gauche à droite, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoit Hamon)
Les 5 principaux candidats à l'élection présidentielle (de gauche à droite, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoit Hamon)
Le logement est un thème très peu évoqué durant cette campagne. Un sondage récent d'OpinionWay démontre que 43% des Français estiment, qu’en matière d’immobilier, le dossier prioritaire est la baisse de la taxe d’habitation. À ce jour, seuls deux candidats parlent de la baisse de la taxe d’habitation.

  • Le candidat d’«En Marche ! », Emmanuel Macron, souhaite baisser la taxe d’habitation pour 80% des Français, sachant que 30 millions de contribuables y sont assujettis. Il veut aussi transformer l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en un impôt taxant exclusivement l’immobilier.

  • Marine Le Pen souhaite la baisse de taxe d’habitation pour les plus modestes et le gel de son augmentation sans donner de chiffre. La candidate du Front National veut aussi que la taxation des transactions immobilières en France soit abaissée. Selon elle, « c’est une des plus élevée d'Europe, 14% de la valeur du bien en moyenne ». Elle veut aussi « préserver et amplifier les prêts aidés pour l'accession à la propriété ».

  • François Fillon, candidat de la droite et du centre, ne prévoit pas de réforme sur la taxe d’habitation mais souhaite supprimer l'ISF et prévoit un « prélèvement libératoire » de 30% sur les revenus du patrimoine effectif dès 2018.

  • Jean-Luc Mélenchon, candidat de « La France insoumise » (Front de gauche), veut limiter la hausse des prix dans l’immobilier en imposant par une taxe progressive les hautes transactions immobilières.

  • Benoit Hamon, le candidat PS, souhaite quant à lui l'instauration d'un impôt unique sur le patrimoine, issu de la réunion de l'ISF et de la taxe foncière. Son taux serait fixé à un niveau unique de 0,65%, mais ne précise pas si la taxation serait universelle (comme la taxe foncière pour chaque propriétaire) ou basée sur un seuil d'imposition, comme pour l'ISF (seuil fixé en 2017 à 1,3 millions d'euros de patrimoine net taxable).

Le logement et l'immobilier : les grands absents du débat

La seconde priorité des Français concerne l’accès au logement grâce à l’incitation fiscale. Depuis le 1er février 2017, les propriétaires louant leur bien à des prix inférieurs à ceux du marché bénéficient d’un abattement fiscal pouvant aller jusqu’à 85% sur les revenus locatifs.

Plusieurs sondages s’accordent pour dire que 75% des Français trouvent que le logement et la fiscalité ne sont pas assez abordés durant la campagne et 51% d’entre eux pensent qu’aucun candidat ne se distingue sur cette question. En dehors de questions liées à l’ISF, le logement n’est pas vraiment apparu dans le débat.


Groupe Mobilis
Lundi 27 Mars 2017
     



Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche

Recevoir la newsletter

Nos chroniques