Ha(a)ïtza au Pyla : un hôtel aux allures de chalet signé Philippe Starck !



Véritable écrin de calme, cet hôtel conçu par Philippe Starck compte 38 chambres dont 7 suites et un appartement. Ce lieu mêle les fondamentaux du langage esthétique du designer ainsi que les codes du bassin d'Arcachon.


Animés par la volonté de préserver et de faire revivre l’esprit du lieu, Sophie et William Techoueyres, déjà à l’origine de la renaissance de l’Hôtel La Co(o)rniche, offrent une nouvelle vie à Ha(a)ïtza, et grâce à une réhabilitation signée Philippe Starck, et poursuivent leur histoire sur les bords du Bassin.

Le couple souhaitent insuffler une seconde jeunesse à Ha(a)ïtza, en lui apportant ce supplément d’âme qui fait leur force et leur succès : un mélange de simplicité, de proximité et d’élégance.

L’objectif : redonner à cet hôtel son panache d’antan, y accueillir leurs amis et faire découvrir l’art de vivre et les charmes de cette région qu’ils adorent.

Pisicne extérieure
Pisicne extérieure

Si dans les chambres et les suites, on retrouve la « Starck touch », la piscine sous verrière ouvrante, le spa/salon de coiffure, le bar à cocktails et la « Pâtisserie de famille » seront autant d’arguments pour faire de ce nouvel établissement du Pyla un concurrent sérieux à son grand frère qui, en quelques saisons, est devenu un incontournable du Bassin.

« Ha(a)ïtza n’est pas une nouvelle anecdote du sud-ouest ou du Bassin d’Arcachon. Ce n’est ni mièvre, ni charmant, mais chic et cosmopolite. Tout y est ‘‘artistique’’. Ha(a)ïtza est l’évocation de l’idée de quelque chose, d’un lieu imaginaire qui aurait toujours existé, émancipé de toute matérialité. » Philippe Starck.
Salon de l'hôtel
Salon de l'hôtel

Adresse : 1 avenue Louis Gaume 33115 Pyla-sur-Mer.
Réservation au 05 56 22 06 06.
Découvrez le site ici
Chambre
Chambre

Chambre avec vue sur le bassin
Chambre avec vue sur le bassin

Groupe Mobilis
Mardi 4 Octobre 2016
     


A lire aussi :
< >

Lundi 20 Février 2017 - 11:13 Exposition « Jardins » au Grand Palais



Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche

Recevoir la newsletter

Nos chroniques