Eric Brun-Sanglard



Un architecte d'intérieur ... aveugle!


Eric Brun-Sanglard n’est pas un architecte d’intérieur au destin ordinaire. En effet, cet artiste français de 44 ans vivant aux États-Unis est aveugle.
Cette dégénérescence est apparue en 1994 lorsque, associé au VIH qu’il a contracté en 1984, le cytomégalovirus attaque sa rétine. A 32 ans il est condamné et les médecins estiment qu’il n’en a plus que pour quelques mois. Mais c’était sans compter sur les progrès de la science et à un nouveau traitement anti-sida qui le maintiendra en vie. Il est alors directeur artistique dans la publicité après l’avoir été dans la mode.

Il décide avec son petit ami de l’époque de restaurer et revendre des maisons. Cependant il découvre en 2000 que celui-ci, profitant de sa cécité a contracté plusieurs centaines de milliers de dettes en son nom.
Ruiné et désespéré, il se reprend en main et recrée une société.

Il préfère donc utiliser son corps et ses sens pour visualiser une pièce et ressentir ce qu’elle lui invoque. Comme il le dit lui même « le design est 1% de ce que l’on voit, 99% de ce que l’on ressent ». Ainsi lorsqu’il découvre une pièce, il s’y promène bras déployés pour mieux mesurer l’espace, touche tous les murs, sols ou fenêtres, prête une grande attention aux courants d’air et rayons du soleil.
Il gère sa compagnie The Blind Designer d’une main de maître et passe beaucoup de temps à décrire les couleurs et motifs et à créer des plans en relief. Fan de Fung-shui, il utilise beaucoup les méthodes des énergies et des intuitions. Très apprécié à Los Angeles où il est implanté, il a notamment restauré les maisons de Coppola, de James Stewart et vendu la sienne à Penelope Cruz.

Il a écrit un ouvrage sur son histoire et livre de nombreux conseils sur son site pour le choix et l’aménagement de la décoration d’intérieure, nombreux conseils qui reposent surtout sur le toucher.


Plus d’informations sur son site

Groupe Mobilis
Lundi 23 Juillet 2012
     


A lire aussi :
< >

Vendredi 28 Juillet 2017 - 16:00 Le chapotelet : des fleurs à Paris



Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche

Recevoir la newsletter