Depuis quand la ville de Paris est-elle divisée en arrondissements ?



Bien avant les arrondissements tels que nous les connaissons aujourd’hui, la capitale était divisée en ce que l’on appelait déjà des « quartiers ». Son découpage s’est fait au fil des siècles, du Moyen-âge jusqu’à la fin du XIXème siècle. Le découpage de Paris en plusieurs zones permettait de faciliter l’administration d’une ville qui ne cessait de s’agrandir.


Le Paris moyenâgeux

Maquette du Palais Royal de Charles V exposée au Musée du Louvre
Maquette du Palais Royal de Charles V exposée au Musée du Louvre
Sous Philippe Auguste, roi de France de 1180 à 1223, Paris ne comptait que quatre quartiers : l’île de la Cité (1er et 4ème arrondissements), Saint Jacques (5ème), la Verrerie et la Grève (tous les deux dans le 4ème arrondissement), concentrés sur la rive droite. En 1186, soit six ans après son accession au trône de France, le souverain décide de faire paver les rues de Paris. En 1190, il fait construire une forteresse militaire qui deviendra le Louvre et fait ériger un mur d’enceinte faisant passer le nombre de quartiers de quatre à huit (Sainte-Opportune (1er), Saint-Germain l'Auxerrois (1er), Saint-André et Maubert tous les deux dans le 5ème arrondissement). Ces noms que nous connaissons toujours et que nous continuons d’appeler des « quartiers » étaient en réalité des communes voisines annexées par le roi. En 1383, le Roi Charles V fait de cette forteresse le Palais Royal (nom qui restera et donnera son nom à la station de métro) et fait étendre les murs par delà le quartier des Halles (1er), Sainte Antoine (11ème et 12ème), Saint-Denis (2ème), Saint Eustache (1er), Saint Gervais (4ème), Saint Honoré (1er) et Saint Martin (10ème).

Il faut attendre le 11 octobre 1795 pour entendre à proprement parler d’arrondissements. Quelques années après la Révolution, la Seine sépare Paris en deux zones de six arrondissements chacun. En dehors des limites alors établies, les communes voisines, bien que limitrophes, sont considérées comme des zones rurales. Les Champs-Élysées (dans l'actuel 8ème arrondissement) n’étaient autrefois qu’un long chemin de terre entouré d’arbres et de champs.
Les douze arrondissements de Paris en 1795
Les douze arrondissements de Paris en 1795

Pourquoi le 16ème arrondissement est-il si prestigieux ?

Borne de délimitation des Seigneurs de Passy et Auteuil rue Berton (Paris 16ème)
Borne de délimitation des Seigneurs de Passy et Auteuil rue Berton (Paris 16ème)
Le 16ème arrondissement tel que nous le connaissons aujourd’hui était considéré comme un havre de paix, en pleine campagne, proche du Bois de Boulogne. Les Seigneurs de Passy et ceux d’Auteuil veillaient au respect de la limite de leurs terres au mètre près. On peut encore aujourd’hui voir la borne placée en 1731 pour délimiter cette « frontière », rue Berton au pied de la maison de Balzac près de la rue Raynouard. Le 16ème arrondissement tient son prestige du fait qu’à l’époque les Seigneurs y avaient leur château, leurs terres et vignobles ainsi que les communes alentour. La campagne huppée proche de Paris.

Paris tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Les vingt arrondissements de Paris dès 1860
Les vingt arrondissements de Paris dès 1860
En pleine ère Haussmannienne, Paris s’agrandit en 1860 pour accueillir huit nouveaux arrondissements suite à l'annexion des communes limitrophes comme celles de Bercy (12ème), Belleville (20ème), Montmartre (18ème), Grenelle (15ème) et Vaugirard (15ème) entre autres. La capitale compte désormais vingt arrondissements. Suite à cette décision, les numéros donnés aux arrondissements en 1795 ont été modifiés. La logique a donc voulu que l’on parte du centre de Paris (sur le parvis de Notre Dame de Paris) pour distribuer les arrondissements de la ville en escargot. Les arrondissements n’ont jamais été redessinés depuis. Le parvis de Notre Dame de Paris sert aussi de repère kilométrique, c'est là que se situe le point zéro depuis lequel est calculée la distance entre Paris et les autres villes de France.

Point kilométrique zéro installé en 1924 aux pieds de la cathédrale Notre Dame de Paris
Point kilométrique zéro installé en 1924 aux pieds de la cathédrale Notre Dame de Paris

Groupe Mobilis
Vendredi 30 Septembre 2016
     


A lire aussi :
< >

Mardi 12 Septembre 2017 - 17:00 L'architecture : un art à part entière



Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche

Recevoir la newsletter

Nos chroniques