Bruno Doucet régale les papilles des Parisiens



Ses restaurants sont à l’image de ce que l’on peut découvrir dans la presse « Une ambiance détendue et de connaisseurs ». Bruno Doucet régale les épicuriens de Paris et d’ailleurs ! C'est un 10/10 !


Se rendre chez Bruno Doucet c'est l'assurance de passer un bon moment, dans un lieu propice à la convivialité, et aux découvertes gustatives !

Parlons de votre parcours :

Vos débuts chez Charles Barrier : cela remonte à quelques années, il s’agissait de mon apprentissage. C’est un modèle pour moi ; j’y suis resté un an et demi, j’étais jeune et je travaillais d’arrache-pied ! Je suis ensuite passé par le Fouquet’s puis chez Prunier dans le 16ème pour ensuite commencer à travailler chez Pierre Gagnaire où j’ai beaucoup appris.



Jean Pierre Vigato : je suis resté 3 ans ; nous avions la même passion, nous chassions tous les deux et nous partagions bien plus qu’une aventure culinaire. Nous avons également voyagé ensemble de nombreuses fois : une vraie aventure humaine ! Nous avons ensuite ouvert un restaurant ensemble, Natachef dans le 16ème arrondissement. J’étais le chef et l’associé de Jean Pierre. C’était un petit bistrot."
En 2004, je rachète la Régalade, dans le 14ème arrondissement, en 2010, j’ouvre mon deuxième restaurant rue Saint Honoré, puis un autre, rue du Conservatoire en 2015.


Parlez-moi de vos 3 restaurants.

Mes 3 restaurants portent le même nom : la Régalade. Le 14ème est la maison mère, c’était une ancienne boucherie. C’est le bistrot qui est le plus dans son jus aujourd’hui. Celui du 9ème a été décoré par l’architecte Willmott. Le restaurant du 1er arrondissement propose, quant à lui une salle privatisable au premier étage ainsi que des couverts installés face aux cuisines. Nous faisons de la « cuisine de bistrot » qui suit les saisons, une cuisine de marché. Vous retrouvez une entrée, un plat et deux desserts sur les 3 cartes toute l’année.
Il s’agit des plats signatures de la Régalade.

Questions tac au tac

Votre saison : l’automne pour la période des cèpes et l’ouverture de la chasse.

Votre péché mignon : la gourmandise

Votre tic en cuisine : tout goûter

Une citation : profitez de la vie

Un film : « Le grand restaurant » de Louis de Funès et « le Cœur des hommes 1 » de Marc Esposito.

Entrée ou dessert : entrée sans hésiter

Huile d’olive ou beurre : les deux, chacun se marie avec des plats très différents

Qu’est- ce que la bistronomie en 2016 ? : aujourd’hui tout le monde se dit « bistrot », c’est un courant et un terme extrêmement large.
« La mode se démode » ; je ne me dis pas bistronome parce que c’est tendance, mais parce que c’est un état d’esprit et une cuisine que j’aime.
J’ai tout de même du mal à déterminer et classer mes restaurants dans une catégorie bien précise ; je dirai simplement que nous suivons les saisons dans notre cuisine et que nous travaillons avec des produits de grande qualité.

Merlu piqué au chorizo accompagné de haricots blancs de Paimpol
Merlu piqué au chorizo accompagné de haricots blancs de Paimpol

Où achetez-vous vos produits ? :
Chez des producteurs locaux et à Rungis.

Deux associations culinaires qui paraissent improbables mais qui fonctionnent très bien :
Le thon et la framboise

Si je vous invite chez moi, que faut-il pour que vous ressortiez satisfait de table ? :
C’est une question piège, pas pour moi mais pour vous ! Je vais vous raconter une anecdote: manger c’est quoi ? Prendre du plaisir !
Le premier repas que j’ai fait, en rencontrant la maman de ma fille : nous avons mangé un choux- fleur cru et des quenelles en boite, néanmoins j’en garde un superbe souvenir ! L’essentiel, c’est d’être entouré de personnes que l’on apprécie et de proposer des choses simples que l’on maitrise ! Cuisiner un produit ce n’est pas forcément le dénaturer !


Qu’est ce que vous diriez à la nouvelle génération de cuisiniers ?
Dans notre cuisine on ne peut pas tricher, la vraie cuisine c’est le travail et l’investissement, alors allez-y, mais allez-y à fond !

Dos de cabillaud en barde de poitrine fumée, purée d’oseille
Dos de cabillaud en barde de poitrine fumée, purée d’oseille
Ses adresses :

La Régalade - Hôtel NELL
7-9 Rue du Conservatoire
75009 Paris
01 44 83 83 60

La Régalade Saint-Honoré
106 rue Saint-Honoré
75001 Paris
01 42 21 92 40

La Régalade
49 Avenue Jean Moulin
75014 Paris
01 45 45 68 58

Groupe Mobilis
Lundi 14 Mars 2016
     


A lire aussi :
< >

Vendredi 28 Juillet 2017 - 16:00 Le chapotelet : des fleurs à Paris



Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche

Recevoir la newsletter

Nos chroniques