À Singapour, une tour écologique permet d'absorber la pollution urbaine



Alors que le 8 août 2016, l'humanité a consommé ses ressources naturelles de l'année, une tour écologique voit le jour à Singapour, après 5 années de travaux.
Un vrai défi à relever pour que les immeubles d’aujourd’hui puissent contribuer à la transition énergétique et à la réduction des pollutions urbaines.


Selon l'ONG américaine Global Footprint Network, qui calcule chaque année le jour où la consommation mondiale de ressources naturelles dépasse ce que peut fournir la planète en un an, l'humanité puise depuis ce lundi 8 août dans les stocks à crédit. L'année dernière, le point de bascule s'était opéré le 13 août. En 2000, il tombait le 1er octobre.

À Singapour, ville particulièrement touchée par la pollution de part ses 5,399 millions d’habitants (chiffres de 2015), les gratte-ciel se mettent au vert. En effet un immeuble entier a été recouvert de végétaux. Le cabinet d'architecture WOHA a décidé de construire une tour écologique dans ce pays où la chaleur écrasante est souvent décuplée par les nombreux buildings de verre et d’acier.

Baptisée "Oasia", cette tour de 30 étages, conçue en aluminium, a été recouverte par une vingtaine de plantes et vignes qui permettent de refroidir le bâtiment et de l'isoler. De même, les plantes réduisent les émissions de gaz à effet de serre et limitent le réchauffement climatique.

Groupe Mobilis
Jeudi 15 Septembre 2016
     



Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche

Recevoir la newsletter